PHILOPARTAGE

la joie de penser… (pour mes élèves des Eaux Claires)

Foucault : la société de surveillance. Sommes-nous encore sujets ?

Classé dans : Non classé — 25 février, 2018 @ 9:47

La société de surveillance

« Le vrai effet du Panopticon, c’est d’être tel que, même lorsqu’il n’y a personne, l’individu dans sa cellule, non seulement se croie, mais se sache observé. (…) Pas besoin d’armes, de violences physiques, de contraintes matérielles. Mais un regard qui surveille et que chacun, en le sentant peser sur lui, finira par intérioriser au point de s’observer lui-même : chacun, ainsi, exercera cette surveillance sur et contre lui-même. » Foucault, Surveiller et Punir (1975)
13.06.2014  Par Pierre Ropert

Ce que Foucault a perçu de notre société, n’a cessé d’inspirer. D’autres philosophes, tel Gilles Deleuze, mais aussi ceux qui tentent d’anticiper ce que pourrait devenir notre société.

 Michel Foucault

Michel Foucault• Crédits : Michel Foucault. (Photo by Jean Pierre FOUCHET/RAPHO/Gamma-RaphoGetty

C’est le cas, notamment, d’Alain Damasio, romancier et auteur de la Zone du Dehors, dont les écrits ont été fortement influencés par les travaux de Foucault, et notamment par le concept du panoptique de Bentham. Caméras de surveillance, smartphones, affaire PRISM… Les problématiques autour de la surveillance tendent à prouver que ce qu’a perçu le philosophe de notre société, est, plus que jamais, d’actualité.
La pensée de Foucault cherche à rendre visible ce qui l’est déjà, à “faire apparaître ce qui est si proche, ce qui est si immédiat, ce qui est si intimement lié à nous-mêmes qu’à cause de cela nous ne le percevons pas”

Evoquer Foucault, c’est immédiatement songer à l’ouvrage le plus emblématique de sa pensée : Surveiller et punir , paru en 1975. Michel Foucault y décrit la prison, le supplice, et s’intéresse particulièrement aux questions de contrôle et de discipline. Il dresse un constat essentiel à sa réflexion : là où les dynamiques de punition ont été, depuis le XVIe siècle, un moyen pour le pouvoir d’être visible, elles tendent peu à peu à s’inverser. Le pouvoir ne souhaite plus s’exposer ; le plus grand nombre doit être visible du plus petit nombre.

Face à l’ordre rigide, Foucault dégage la pensée de l’autodiscipline, des normes souples , et esquisse les grandes lignes d’une société de surveillance et de contrôle qui va être rendue réelle grâce à l’essor des technologies. Dans “Surveiller et punir”, le philosophe consacre tout un chapitre au panoptique, cette invention de Jeremy Bentham , philosophe et réformateur britannique, dont le principe est le suivant : le panoptique est une tour centrale dans laquelle se trouve un surveillant, autour de cette tour des cellules sont disposées en cercle. La lumière entre du côté du prisonnier, et le surveillant peut ainsi le voir se découper en ombre chinoise dans sa cellule. Il sait si le détenu est présent ou non, ce qu’il fait ou ne fait pas. A l’inverse, le surveillant étant invisible, le prisonnier ignore s’il est surveillé ou non. Ce principe, Foucault ne le cantonne pas à la prison, mais l’étend aux ateliers de fabrication, aux pensionnats, aux casernes, écoles, etc.

Le panoptique, c’est finalement faire de la visibilité la prison. On cesse d’enfermer pour mettre en pleine lumière. L’essentiel, c’est que l’on se sache surveillé. Le pouvoir est automatisé et désindividualisé, puisqu’il n’est pas vu .

“L’effet du panoptique est d’induire chez le détenu un état conscient et permanent de visibilité qui assure le fonctionnement automatique du pouvoir. (…) La surveillance est permanente dans ses effets, même si discontinue dans son action” , écrit Michel Foucault.

Qu’on se le dise !

Classé dans : Non classé — 8 février, 2018 @ 10:20

 business people and social network

UN ATELIER

POUR PHILOSOPHER

les jeudis de 13h à 14h

N° 1 : le 8 Mars 2018 Salle 103

Pour élèves de seconde et première.

Un espace pour s’initier à la philosophie,

poser des questions,

découvrir sa forme d’intelligence,

lire de courts textes, échanger,

méditer, chercher, oser…

venez avec une question, une photo, un livre, ou rien, venez comme vous êtes !

philo bannière 2

Nulle vérité n’est absolue ni finale.

Ce qui compte, c’est l’action de penser, de sentir,

et la liberté de réfléchir.”  D. W. Winnicott

 

Un petit tour dans la caverne de Platon- travail vacances de février Tes2 et Tes4 2018

Classé dans : Non classé — 8 février, 2018 @ 9:57

Travail : lire ci-dessous le texte de Platon. (Souligner les idées clés dès la 3ième lecture.)
Puis essayez de dessiner le schéma de cette caverne.

Une fois que vous aurez compris le texte n’hésitez pas à voir le film Matrix (n° 1) qui fait plusieurs allusions à ce texte de Platon (cf la rubrique cinéma-philo sur le blog)

Questions de réflexion :
1/ Quelles sont aujourd’hui les parois de nos cavernes contemporaines ? Expliquez, argumentez, illustrez (au moins
3 exemples expliqués)
2/ Quelles sont les « ombres » actuelles sur les parois de nos cavernes :  expliquez et donnez au moins 2 exemples.
Et à quelles concepts philosophiques vus en cours (ou dans le manuel) pouvez-vous associer les « ombres »?
3/ Dans le monde actuel pensez-vous qu’il soit possible de sortir de la caverne et si oui comment s’y prendre ?
Si non : justifiez le, expliquez le.
4/ Comment comprenez-vous la peur et l’agressivité des prisonniers lorsque l’on essaie de les libérer ?
5/ Pour un sujet de dissertation tel que « Peut-on désirer l’inconscience ? » comment pourriez vous utiliser ce texte ? Ecrivez
un paragraphe sur une des thèses-réponses possibles, en vous appuyant sur le texte.
6/ Essayez de distinguer la réalité comme construction sociale et le réel tel qu’il est rencontré par celui qui sort de la
caverne.
7/ Distinguez la réalité sensible et la réalité intelligible et montrez en vous appuyant sur le texte les étapes qui
permettent de passer de la sensation immédiate à une idée précise (ou essence)

***
Extrait de Platon, La République, Livre 7 texte dit de « L’allégorie de la caverne »
Socrate
— [514] Représente-toi de la façon que voici l’état de notre nature relativement à l’instruction et à l’ignorance. Figure-toi des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière. Ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu’ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaîne les empêchant de tourner la tête. La lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux. Entre le feu et les prisonniers passe une route élevée. Imagine que le long de cette route est construit un petit mur, pareil aux cloisons que les montreurs de marionnettes dressent devant eux, et au-dessus desquelles ils font voir leurs merveilles.

Glaucon
— Je vois cela.

Socrate
— Figure-toi maintenant le long de ce petit mur des hommes portant des objets de toute sorte, qui dépassent le mur, et des statuettes d’hommes et d’animaux, en pierre, en bois et en toute espèce de matière. Naturellement, parmi ces porteurs, les uns parlent et les autres se taisent.

Glaucon
— Voilà, un étrange tableau et d’étranges prisonniers.

Socrate
— Ils nous ressemblent, répondis-je. Penses-tu que dans une telle situation ils n’aient jamais vu autre chose d’eux mêmes et de leurs voisins que les ombres projetées par le feu sur la paroi de la caverne qui leur fait face ?

Glaucon
— Comment cela se pourrait-il s’ils sont forcés de rester la tête immobile durant toute leur vie ?

Socrate
— Et pour les objets qui défilent n’en est-il pas de même ?

Glaucon
— Sans contredit.

Socrate
— Mais, dans ces conditions, s’ils pouvaient se parler les uns aux autres, ne penses-tu pas qu’ils croiraient nommer les objets réels eux-mêmes en nommant ce qu’ils voient ?

Glaucon
— Nécessairement.

Socrate
— Et s’il y avait aussi dans la prison un écho que leur renverrait la paroi qui leur fait face, chaque fois que l’un de ceux qui se trouvent derrière le mur parlerait, croiraient-ils entendre une autre voix, à ton avis, que celle de l’ombre qui passe devant eux ?

Glaucon
— Non par Zeus.

Socrate
— Assurément, de tels hommes n’attribueront de réalité qu’aux ombres des objets fabriqués.

Glaucon
— De toute nécessité.

Socrate
— Considère maintenant ce qui leur arrivera naturellement si on les délivre de leurs chaînes et qu’on les guérisse de leur ignorance. Qu’on détache l’un de ces prisonniers, qu’on le force à se dresser immédiatement, à tourner le cou, à marcher, à lever les yeux vers la lumière. En faisant tous ces mouvements il souffrira, et l’éblouissement l’empêchera de distinguer ces objets dont tout à l’heure il voyait les ombres. Que crois-tu donc qu’il répondra si quelqu’un vient lui dire qu’il n’a vu jusqu’alors que de vains fantômes, mais qu’à présent, plus près de la réalité et tourné vers des objets plus réels, il voit plus juste ? Si, enfin, en lui montrant chacune des choses qui passent, on l’oblige, à force de questions, à dire ce que c’est, ne penses-tu pas qu’il sera embarrassé, et que les ombres qu’il voyait tout à l’heure lui paraîtront plus vraies que les objets qu’on lui montre maintenant ?

Glaucon
— Beaucoup plus vraies.

Socrate
— Et si on le force à regarder la lumière elle-même, ses yeux n’en seront-ils pas blessés ? N’en fuira-t-il pas la vue pour retourner aux choses qu’il peut regarder, et ne croira-t-il pas que ces dernières sont réellement plus distinctes que celles qu’un lui montre ?

Glaucon
— Assurément.

Socrate
— Et si, reprise-je, on l’arrache de sa caverne, par force, qu’on lui fasse gravir la montée rude et escarpée, et qu’on ne le lâche pas avant de l’avoir traîné jusqu’à la lumière du soleil, ne souffrira-t-il pas vivement et ne se plaindra-t-il pas de ces violences ? Et lorsqu’il sera parvenu à la lumière, pourra-t-il, les yeux tout éblouis par son éclat, distinguer une seule des choses que maintenant nous appelons vraies ?

Glaucon
— Il ne le pourra pas, du moins au début.

Socrate
— Il aura, je pense, besoin d’habitude pour voir les objets de la région supérieure. D’abord ce seront les ombres qu’il distinguera le plus facilement, puis les images des hommes et des autres objets qui se reflètent dans les eaux, ensuite les objets eux-mêmes. Après cela, il pourra, affrontant la clarté des astres et de la lune, contempler plus facilement pendant la nuit les corps célestes et le ciel lui-même, que pendant le jour le soleil et sa lumière.

Glaucon
— Sans doute.

Socrate
— À la fin, j’imagine, ce sera le soleil, non ses vaines images réfléchies dans les eaux ou en quelque autre endroit, mais le soleil lui-même à sa vraie place, qu’il pourra voir et contempler tel qu’il est.

Glaucon
— Nécessairement.

Socrate
— Après cela il en viendra à conclure au sujet du soleil, que c’est lui qui fait les saisons et les années, qui gouverne tout dans le monde visible, et qui, d’une certaine manière, est la cause de tout ce qu’il voyait avec ses compagnons dans la caverne.

Glaucon
— Évidemment, c’est à cette conclusion qu’il arrivera.

Socrate
— Or donc, se souvenant de sa première demeure, de la sagesse que l’on y professe, et de ceux qui y furent ses compagnons de captivité, ne crois-tu pas qu’il se réjouira du changement et plaindra ces derniers ?

Glaucon
— Si, certes.

Socrate
— Et s’ils se décernaient alors entre eux honneurs et louanges, s’ils avaient des récompenses pour celui qui saisissait de l’oeil le plus vif le passage des ombres, qui se rappelait le mieux celles qui avaient coutume de venir les premières ou les dernières, ou de marcher ensemble, et qui par là était le plus habile à deviner leur apparition, penses-tu que notre homme fût jaloux de ces distinctions, et qu’il portât envie à ceux qui, parmi les prisonniers, sont honorés et puissants ? Ou bien, comme le héros d’Homère, ne préférera-t-il pas mille fois n’être qu’un valet de charrue, au service d’un pauvre laboureur, et de souffrir tout au monde plutôt que de revenir à ses anciennes illusions et vivre comme il vivait ?

Glaucon
— Je suis de ton avis, il préférera tout souffrir plutôt que de vivre de cette façon là.

Socrate
— Imagine encore que cet homme redescende dans la caverne et aille s’asseoir à son ancienne place. N’aura-t-il pas les yeux aveuglés par les ténèbres en venant brusquement du plein soleil ?

Glaucon
— Assurément si.

Socrate
— Et s’il lui faut entrer de nouveau en compétition, pour juger ces ombres, avec les prisonniers qui n’ont point quitté leurs chaînes, dans le moment où sa vue est encore confuse et avant que [517a] ses yeux se soient remis (puisque l’accoutumance à l’obscurité demandera un certain temps), ne va-t-on pas rire à ses dépens, et ne diront-ils pas qu’étant allé là-haut il en est revenu avec la vue ruinée, de sorte que ce n’est même pas la peine d’essayer d’y monter ? Et si quelqu’un tente de les délier et de les conduire en haut, et qu’ils puissent le tenir en leurs mains et tuer, ne le tueront-ils pas ?

Glaucon
— Sans aucun doute.

(De la caverne à la lumière et de la lumière à la caverne)
Socrate
— Maintenant, mon cher Glaucon, il faut [517b] appliquer point par point cette image à ce que nous avons dit plus haut, comparer le monde visible au séjour de la prison, et la lumière du feu qui l’éclaire à la puissance du soleil. Quant à la montée dans la région supérieure et à la contemplation de ses objets, si tu la considères comme l’ascension de l’âme vers le lieu intelligible, tu ne te tromperas pas sur ma pensée, puisque aussi bien tu désires la connaître. Dieu sait si elle est vraie. Pour moi, telle est mon opinion : dans le monde intelligible l’Idée du Bien est perçue la dernière et avec peine, mais on ne la peut percevoir sans conclure qu’elle est la cause de tout ce qu’il y a de droit et de beau en toutes choses ; qu’elle a, dans le monde visible, engendré la lumière et le souverain de la lumière ; que, dans le monde intelligible, c’est elle-même qui est souveraine et dispense la vérité et l’intelligence ; et qu’il faut la voir pour se conduire avec sagesse dans la vie privée et dans la vie publique.

Glaucon
— Je partage ton opinion autant que je puis te suivre.

Socrate
— Eh bien ! partage là encore sur ce point, et ne t’étonne pas que ceux qui se sont élevés à ces hauteurs ne veuillent plus s’occuper des affaires humaines, et que leurs âmes aspirent sans cesse à demeurer là-haut.

Glaucon
— Oui, c’est naturel.

Socrate
— Mais quoi, penses-tu qu’il soit étonnant qu’un homme qui passe des contemplations divines aux misérables choses humaines ait mauvaise grâce et paraisse tout à fait ridicule, lorsque, ayant encore la vue troublée et n’étant pas suffisamment accoutumé aux ténèbres environnantes, il est obligé d’entrer en dispute, devant les tribunaux ou ailleurs, sur des ombres de justice ou sur les images qui projettent ces ombres, et de combattre les interprétations qu’en donnent ceux qui n’ont jamais vu la justice elle-même ?

Glaucon
— Ce n’est pas du tout étonnant.

Socrate
— Un homme sensé se rappellera qu’il y a deux sortes de troubles de la vue, dus à deux causes différentes : le passage de la lumière à l’obscurité et le passage de l’obscurité à la lumière. Songeant que ceci vaut également pour l’âme, quand on verra une âme troublée et incapable de discerner quelque chose, on se demandera si venant d’une existence plus lumineuse, elle est aveuglée faute d’habitude, ou si, passant d’une plus grande ignorance à une existence plus lumineuse, elle est éblouie par son trop [518b] vif éclat. Dans le premier cas, alors, on se réjouirait de son état et de l’existence qu’elle mène ; dans le second cas on la plaindrait, et si l’on voulait en rire, la raillerie serait moins ridicule que si elle s’adressait à l’âme qui redescend de la lumière.

Glaucon
— C’est parler avec beaucoup de justesse.

(Conclusion)
Socrate
— La méthode dialectique est donc la seule qui, rejetant les hypothèses, s’élève jusqu’au principe même pour établir solidement ses conclusions, [533d] et qui, vraiment, tire peu à peu l’oeil de l’âme de la fange grossière où il est plongé et l’élève vers la région supérieure […[533e]…]
Il suffira donc d’appeler science la première division de la connaissance, pensée discursive la seconde [534a], foi la troisième, et imagination la quatrième ; de comprendre ces deux dernières sous le nom d’opinion, et les deux premières sous celui d’intelligence, l’opinion ayant pour objet la génération, et l’intelligence l’essence ; et d’ajouter que ce qu’est l’essence par rapport à la génération, l’intelligence l’est par rapport à l’opinion, la science par rapport à la foi, et la connaissance discursive par rapport à l’imagination [...]

Danse et Philosophie (suite) – Dimanche 4 décembre 2011 à CitéDanse

Classé dans : Non classé — 23 novembre, 2011 @ 6:53

                p1040316.jpg

CitéDanse, association de bouillonnement chorégraphique, vous propose un cycle
mouvoir & penser, penser & mouvoir : Etirements 
Suite aux Curiosités DansePhilo de 2010, CitéDanse étend l’expérience : mouvoir & penser, penser & mouvoir est un laboratoire ouvert associant des intervenants dont le champ d’étude est la pensée (philosophes, anthropologues,sociologues…) et la danse au cours de journées thématiques. Dimanche 4 décembre 2011 – 10h00 à 18h00
Studio 163 cours Berriat – 38000 Grenoble 
 Etirement #1 : Vivre au rythme des résonances fluides du corps
A partir de textes de Bergson, Deleuze et Nietzsche.
Avec Nadia Vadori Gauthier et Antony Desvaux.
    

Nadia Vadori Gauthier > chorégraphe, performer, plasticienne vidéo, elle partage son temps entre la création, la recherche et l’enseignement. Depuis 2005, elle explore le devenir-animal et la formation de meutes au sein du Corps collectif. Ses investigations sont basées sur la perception, les textures internes et externes. Antony Desvaux > a suivi des cours de danse classique et contemporaine. Après des études en lettres anglaises, de composition musicale et de musicologie, il rejoint l’EDESTA comme doctorant et enseignant-chercheur. Son travail porte sur les rapports entre musique et corps, les interférences entre musique, esthétique et philosophie.    

Danse et Philosophie (suite) - Dimanche 4 décembre 2011 à CitéDanse

Clôture des curiosités Danse Philo / Crédits: Laurence Fragnol mouvoir & penser, penser & mouvoir: Etirements DansePhilo, c’était quoi? L’année dernière, six rencontres publiques ont exploré les relations entre des extraits de textes philosophiques et l’expérience du mouvement dansé. Une soirée de clôture achevait cette phase du projet, permettant de suivre les expérimentations de l’automne par de multiples ateliers et dispositifs. 

mouvoir & penser, penser & mouvoir ça sera quoi? Prolonger le processus en constituant un laboratoire de réflexion collective se donnant un temps d’exploration plus long. Sur plusieurs journées, des intervenants issus de la danse et des sciences humaines se rencontreront et croiseront leurs matériaux autour d’un objet commun. Les journées thématisées consisteront en l’exploration continue d’une proposition particulière, en alternant des temps de lecture, de mise en corps, d’exploration, d’expérimentation, d’enquête, de collecte et d’écriture… Il ne s’agit ni d’un « cours », ni d’un « séminaire » mais d’une expérience participative adossée à un travail artistique et intellectuel ambitieux.  INFORMATIONS PRATIQUES
ENTREE : 6 ou 8 € (au choix) + adhésion à l’association (assurance)
HEURE & LIEU : de 10h00 à 18h00 au Studio 163, cours Berriat – 38000 Grenoble
INFOS ET RESAS : 04 76 48 12 47 ou à contact@citedanse.org
EN SAVOIR + : www.citedanse.org
 

L’épreuve orale (réponse à M.T)

Classé dans : Non classé — 14 juin, 2011 @ 12:36

( à ne travailler qu’après les écrits !)

Si jamais vous choisissez l’oral de philosophie sur Sénèque, sachez qu’il se déroulera comme suit :

- le jour où vous êtes convoqué, vous vous présentez devant l’examinateur, muni de deux exemplaires de La Vie Heureuse de Sénèque

- l’examinateur choisit un passage dans les 23 premières pages du livre – de la taille d’un texte d’écrit au BAC.

- vous aurez 20 mn (parfois un peu plus selon les correcteurs) pour l’étudier et préparer votre explication du texte : introduction avec le thème, la question, la  thèse et les différents moments du texte; puis l’examen précis du texte se déroule selon une explication linéaire : l’analyse du mouvement de la pensée au fil des phrases et des mots à expliquer, à interroger.

- vous disposez de 20 mn pour votre explication du texte (que vous lisez à voix haute avant de l’expliquer) ; mais le plus souvent vous n’utilisez que 10 mn et le reste de l’oral s’organise autour des questions que vous pose le correcteur sur votre explication : il revient sur ce qui n’a pas été assez précis et vous donne la possibilité d’améliorer votre explication du texte (donc restez très coopératif !) ; il peut aussi vous poser des questions plus générales sur le thème du bonheur ou sur d’autres passages du texte, et toujours dans l’intention de vous donner la possibilité d’améliorer votre oral (et non pas de vous mettre en difficulté !)

En conclusion : c’est une épreuve très courte, intense, qui devrait, idéalement, être un vrai moment d’analyse philosophique du texte.

Ce qui sera apprécié et évalué : votre capacité à vraiment vous intéresser au texte, à en dévoiler la richesse, ou à en affronter la difficulté (au lieu de la fuir dans la paraphrase ou dans un propos hors sujet).

Pour l’Oral

Classé dans : Non classé — 5 juin, 2011 @ 4:30

201.jpg

Vous pouvez consulter : conseils et commentaire de Sénèque, la Vie heureuse, en vous référant au document des « pages » (en haut à droite).

Bon courage à tous pour les révisions de l’écrit !

Mais, une fois que l’écrit sera passé, ne négligez pas un hypothétique oral : préparez-vous, travaillez le texte, avant de connaître vos résultats, afin de ne pas être pris au dépourvu.

 

 

(D.M.) Spinoza : la liberté suppose-t-elle la raison ?

Classé dans : corriges,liberte,QuestionsPhilo,Spinoza,Textes — 11 janvier, 2011 @ 8:29

          a20nous20la20liberte.jpg

« On pense que l’esclave est celui qui agit par commandement et l’homme libre celui qui agit selon son bon plaisir. Cela cependant n’est pas absolument vrai ; en réalité, être captif de son plaisir et incapable de rien voir ni faire qui soit vraiment utile, c’est le pire esclavage, et la liberté n’est qu’à celui qui de son entier consentement vit sous la conduite de la Raison. Quant à l’action par commandement, c’est-à-dire à l’obéissance, elle ôte bien en quelque matière la liberté, elle ne fait pas cependant sur le champ un esclave, c’est la raison déterminante de l’action qui le fait. Si la fin de l’action n’est pas l’utilité de l’agent lui-même, mais de celui qui la commande, alors l’agent est un esclave, inutile à lui-même ; au contraire, dans un Etat et sous un commandement pour lesquels la loi suprême est le salut de tout le peuple, non de celui qui commande, celui qui obéit en tout au souverain ne doit pas être dit un esclave inutile à lui-même, mais un sujet. Ainsi, cet État est le plus libre dont les lois sont fondées en droite Raison, car dans cet État chacun, dès qu’il le veut peut être libre, c’est-à-dire vivre de son entier consentement sous la conduite de la Raison. De même encore, les enfants, bien que tenus d’obéir aux commandements de leurs parents, ne sont cependant pas des esclaves :car les commandements des parents ont très grandement égard à l’utilité des enfants. Nous reconnaissons donc une grande différence entre un esclave, qui est tenu d’obéir à des commandements n’ayant égard qu’à l’utilité du maître commandant ; fils, qui fait ce qui est utile par le commandement de ses parents ; sujet enfin, qui fait par le commandement du souverain ce qui est utile au bien commun et par conséquent aussi à lui-même.  » Spinoza, Traité théologico-politique, trad. Appuhn, éd. G.F.

Éléments de Correction pour l’explication du texte de Spinoza. (DS TL et TES3)

(more…)

Sartre : Liberté et responsabilité. L’homme est condamné à s’inventer.

Classé dans : liberte,Sartre,Textes — 17 octobre, 2010 @ 10:44

                   copiedesable17.bmp

 » Dostoïevski avait écrit : « si Dieu n’existait pas tout serait permis ». C’est le point de départ de l’existentialisme. En effet, tout est permis si Dieu n’existe pas, et par conséquent l’homme est délaissé, parce qu’il ne trouve ni en lui ni hors de lui une possibilité de s’accrocher. Il ne trouve d’abord pas d’excuse. Si, en effet, l’existence précède l’essence, on ne pourra jamais l’expliquer par référence à une nature humaine donnée et figée ; autrement dit, il n’y a pas de déterminisme, l’homme est libre, l’homme est liberté. Si, d’autre part, Dieu n’existe pas, nous ne trouvons pas en face de nous des valeurs ou des ordres qui légitimeront notre conduite. Ainsi nous n’avons ni derrière nous ni devant nous, dans le domaine lumineux des valeurs, des justifications ou des excuses. Nous sommes seuls, sans excuses. C’est ce que j’exprimerai en disant que l’homme est condamné à être libre. Condamné parce qu’il ne s’est pas crée lui-même, et par ailleurs cependant libre, parce qu’une fois jeté dans le monde il est responsable de tout ce qu’il fait. (…) L’existentialisme (…) pense donc que l’homme sans aucun appui et sans aucun secours, est condamné à chaque instant à inventer l’homme. Ponge a dit, dans un très bel article : « l’homme est l’avenir de l’homme ». C’est parfaitement exact.  » Sartre, L’existentialisme est un humanisme

 

(more…)

Danse et Philosophie. Jeudi 30 sept.

Classé dans : Art — 28 septembre, 2010 @ 2:41

Vous trouverez toutes les informations sur cette proposition qui démarre jeudi 30 sept 2010
sur le site :

www.citedanse.org

 

 

 

Aristote, La philosophie est née de l’étonnement

Classé dans : Aristote,Philo Intro,Textes — 17 septembre, 2010 @ 6:41

photos0136.jpg   

                                                          Paris, Jardin des Tuilleries, 30 oct 09


« C’est, en effet, l’étonnement qui poussa, comme aujourd’hui, les premiers penseurs aux spéculations philosophiques. Au début, leur étonnement porta sur les difficultés qui se présentaient les premières à l’esprit ; puis, s’avançant ainsi peu à peu, ils étendirent, leur exploration à des problèmes plus importants, tels que les phénomènes de la Lune, ceux du Soleil et des Étoiles, enfin la genèse de l’Univers. Or apercevoir une difficulté et s’étonner, c’est reconnaître sa propre ignorance (c’est pourquoi même l’amour des mythes est, en quelque manière amour de la Sagesse, car le mythe est un assemblage de choses merveilleuses et étonnantes).

Ainsi donc, si ce fut bien pour échapper à l’ignorance que les premiers philosophes se livrèrent à la philosophie, c’est évidemment qu’ils poursuivaient le savoir en vue de la seule connaissance et non pour une fin utilitaire. Et ce qui s’est passé en réalité en fournit la preuve : presque toutes les nécessités de la vie, et les choses qui intéressent son bien-être et son agrément avaient reçu satisfaction, quand on commença à rechercher une discipline de ce genre. Je conclus que, manifestement, nous n’avons en vue, dans notre recherche, aucun intérêt étranger. Mais, de même que nous appelons libre celui qui est à lui-même sa fin et n’existe pas pour un autre, ainsi cette science est aussi la seule de toutes les sciences qui soit une discipline libérale, puisque seule elle est à elle-même sa propre fin. »

Aristote (4° s. av. J-C) Métaphysique, A, 2, 982 b 10, trad. J.Tricot, Vrin.

1234
 

DARK SIDES |
Les Secrets de LalouMi |
BLOG-TROTTEURS / Les lycé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Baptiste Bystricky
| AMH ARTISANAT
| aerographe galerie