PHILOPARTAGE

la joie de penser… (pour mes élèves des Eaux Claires)

METHODE 2 Vocab-dissert

VOCABULAIRE DISSERTATION
Quelques repères pour le vocabulaire de base de l’analyse philosophique

 (document co-écrit avec une collègue de philo)

 

1. L’introduction

Doit comporter :

1. Un paragraphe d’accroche qui va conduire au sujet (lequel sera recopié à la fin de ce 1° paragraphe) à partir d’un exemple significatif, ou d’une opinion discutable, ou d’une évidence à remettre en question, ou d’une thèse philosophique que l’on peut confronter à telle ou telle difficulté au quotidien etc…

 

2. Un paragraphe de problématisation (définitions des termes, questions implicites du sujet et analyse des difficultés, paradoxe, contradiction) et souvent une alternative pour expliciter el PB : on peut se demander (si) « X »…ou bien… »Y » ?

 

 

 

 

3. Un paragraphe d’annonce du plan, de préférence de façon questionannte et non affirmative (questionnant ne signifie pas tjrs des questions avec des points d’intérrogation mais une démarche qui cerne des hypothèse à examiner, ou qui propose des objectifs de recherches) Plan qui sera suivi dans le développement

Expressions ressources :

 

« Dans notre vie quotidienne…. » « Bien souvent nous remarquons que… »

« Il n’est pas rare de constater que … » « L’un désire…. mais l’autre considère que… » « Qui n’a jamais pensé / constaté / souhaité que… »

 

« Cependant comment concilier…. »

«  Ce terme signifie …mais peut aussi vouloir dire…or si l’on admet que… alors le PB que se pose est de savoir si…. »

« Ce terme peut désigner soit le…, soit le… , le PB… »  ou « Il faut alors peut-être distinguer les deux sens du mot car… »

« Le sens de la question est alors de savoir si… »

« La question paraît simple, cependant, si nous l’approfondissons nous rencontrons plusieurs difficultés… Tout d’abord on peut se demander si… puis….

 

« Nous nous demanderons dans un premier temps si…Puis, dans un deuxième temps, nous essaierons de savoir si… » « Nous chercherons d’abord en quel sens… Puis nous examinerons pourquoi…. Enfin ns ns demanderons à quelles conditions…. »

Complément au vocabulaire d’analyse  (adverbes) :

En revanche / Par contre / mais : il s’agit de marquer une opposition avec une proposition première. Ex. : « Il est impossible de se connaître soi-même, par contre on le peut par le biais de l’autre (cf. psychanalyste) » ; « On ne peut tout obtenir, en revanche on peut tout désirer.»

Nonobstant (qq chose) / en dépit de (qq chose) / malgré (« qq chose » ou « le fait que » alors synonyme de « bien que »- ATTENTION : jamais « malgré que » !) : = marque l’opposition entre 2 réalités : la 2ème réalité n’est pas empêchée par la première pourtant contraire.

Ex : « malgré le fait que le désir soit parfois condamnable, on s’y livre aveuglément » (opposition condamnation et le fait que l’on y cède) ; «  Malgré les déceptions successives qu’elle provoquait chez lui, il continuait, par amour, à céder à tous ses caprices »(opposition déception et passion) ; « Nonobstant la force de son caractère, il était parfois lâche et de mauvaise foi. » (opposition force et faiblesse) « En dépit de toutes vos remarques déplaisantes, je continue à vous aimer » (opposition hostilité-amour)

Cependant / Pourtant/ Toutefois/ Néanmoins : expriment aussi une opposition (avec l’idée de restriction) ou encore les 2 aspects contradictoires d’une même chose : « La conscience est source de grandeur. Cependant, elle peut aussi, dans certains cas, être une source de malheur. »

Entre autres + nom = parmi ; « Entre autres réalités, celle de l’homme est la plus problématique » Entre autres (sans nom qui suit) = notamment : « Beaucoup de choses m’étonnent, entre autres, la capacité qu’a l’homme de s’illusionner. »

Si….Alors := Hypothèse + Conséquences . Cf. aussi « « Dans ce cas » ou « dans ces conditions » ou « en conséquence » ou « alors », on peut déduire que.. » 

SI + Alors + Car / Puisque (explication) + « en effet » ou « par exemple » permet de développer l’explicat° ou l’analyse des conséquences : « si l’on admet que la culture désigne d’abord le processus de transformation de la nature… alors on peut affirmer qu’elle est libératrice… Car elle nous émancipe d’un certain nombre de contraintes naturelles… Par exemple c’est grâce à elle que…

De plus / Qui plus est / En outre = de plus, en plus de cela – Il s’agit d’ajouter une idée (à un argument) ou un argument (à une thèse) : ex : après avoir démontré que le mensonge à soi-même relevait d’une impossibilité logique, on peut ajouter à la thèse de l’impossibilité, l’argument de l’impossibilité morale : « En outre (ou « De plus » ou « Qui plus est »), nous pouvons ajouter à cet argument, celui de l’impossibilité morale du mensonge à soi.. »

A priori (à souligner car mot étranger) = au sens strict, « avant toute expérience » (domaine de la déduction pure, du raisonnement abstrait) : il s’agit alors d’énoncer un argument avant de le confronter à la réalité des faits : « A priori, tous les hommes sont égaux ; cependant si l’on regarde la réalité de plus près, on s’aperçoit que ce n’est pas le cas »

Par extension (sens large) : « au premier abord, sans avoir approfondi la question. » « A priori, tout va pour le mieux dans ce pays », d’où le sens « avoir des a priori », cad des préjugés, des idées toutes faites, préconçues (que l’on a sans réfléchir)

A posteriori : en partant des données de l’expérience (et non du raisonnement pur). « Au regard de ces différents exemples (ou a posteriori) on peut considérer que la mauvaise foi est synonyme de lâcheté » Mais peut-être à éviter en raison de la complexité de son usage et à conserver pour son usage scientifique.

A fortiori = « Par une raison plus forte » ou encore « A plus forte raison »-: si cette proposition est vraie alors celle-ci le sera d’autant plus. « Ce film, interdit aux moins de 16 ans l’est a fortiori pour les jeunes enfants »-« La pulsion d’agression, réprimandée chez les enfants est a fortiori condamnable chez l’adulte » (sous-entendu si les enfants n’ont pas le droit de s’y livrer, les adultes encore moins)

En somme / somme toute = en résumé

En définitive / Finalement / En dernière analyse = ce qui reste au bout du compte (Pour conclure un raisonnement, ou votre devoir). «  En définitive, nous pouvons dire que si le mensonge à l’égard de soi semble exister dans les faits, il ne s’agit en réalité que d’un abus de langage »

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

DARK SIDES |
Les Secrets de LalouMi |
BLOG-TROTTEURS / Les lycé... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Baptiste Bystricky
| AMH ARTISANAT
| aerographe galerie